Contexte scientifique du site



Le site www.tsunamis.fr, créé en 2007 par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) avec le concours de la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR) du Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) repose sur une base de données consignant les témoignages écrits sur ce phénomène.

Sont en particulier recensés les événements survenus au cours des temps ayant eu une incidence sur le Territoire français, qu'il s'agisse de la Métropole ou des Départements et Territoires d'outre-mer.
La recherche, le recueil, l'analyse et l'interprétation de ces événements parus dans la littérature constitue une étape encore en cours que réalise le BRGM. Le site Tsunamis est piloté par un Comité scientifique.
A terme, le site fournira le catalogue des tsunamis observés en France, authentifiant aussi bien les événements vrais que les événements faux ou incertains (raz-de-marée). Il correspond donc à un état des connaissances à un temps T modifiable par des mises à jour. Les données fournies n'ont pas de valeur contractuelle.

TANDEM (Tsunamis en Atlantique et MaNche : Définition des Effets par Modélisation) est un projet dédié à l’estimation des effets côtiers dus à des tsunamis, pour les côtes françaises, avec un intérêt particulier pour les côtes Atlantique et Manche, où les installations nucléaires civiles sont installées depuis environ 30 ans. Comme souligné dans l’appel RSNR, ce projet vise à tirer des conclusions de la catastrophe japonaise de 2011, en partenariat avec un institut de recherche japonais (MRI), afin de définir, adapter et vérifier les codes numériques de modélisation des tsunamis par rapport à la base de données exceptionnelles du tsunami de 2011.
Puis ces méthodes validées seront appliquées pour définir aussi précisément que possible le risque tsunami sur les côtes Atlantique et Manche, afin de produire des recommandations pour l’estimation du risque tsunami sur les centrales nucléaires. Le projet TANDEM traite en priorité du risque pour les centrales nucléaires, mais les méthodes, les codes numériques et les résultats seront également applicables pour d’autres installations côtières civiles, non nucléaires. L’aléa risque sismique modéré des régions étudiées peut difficilement déclencher des événements de grande magnitude.
Mais certains séismes peuvent se produire sous la mer (pas de Calais, Vendée..), et aucune estimation des risques tsunami dus à de telles sources n'a été réalisée à ce jour au niveau côtier. La construction d’une base de données historiques a démarré depuis quelques années (www.tsunamis.fr), qui décrit de nombreuses agitations anormales de la mer dans les ports français, mais non reliées systématiquement à des tsunamis connus (en tout cas pas à ceux dus à des séismes). Donc TANDEM vise à discuter de ces bases historiques, en collaboration avec des historiens chargés de rechercher dans les archives.
Les perturbations portuaires peuvent aussi être reliées à des glissements sous-marins, plus délicats à caractériser, surtout pour les cas historiques. Aucune estimation de l’aléa tsunami dû à de telles sources gravitaires n’a été proposée pour ces côtes françaises. Or ce type de source près des côtes peut produire des vagues très hautes, et le projet TANDEM souhaite examiner de telles possibilités, notamment pour la côte Atlantique. TANDEM vise à définir les effets de tsunamis sur les côtes françaises de l’Atlantique et de la Manche, en s’appuyant sur des méthodes de simulation numérique.
Dans ce but, TANDEM rassemble un ensemble d’instituts de recherche (BRGM, CEA, Ifremer, Inria, IRSN, SHOM), d’universités (LHSV – Ecole des Ponts, Université of Pau), d’industries (EDF) et de PME (Principia), experts en sismotectonique, sismologie et études de tsunami, en recherche océanographique, hydrographique, et simulation numérique, et ce groupe bénéficiera d’une coopération japonaise (Meteorological Research Institute, MRI) pour étudier en détail l’impact côtier du tsunami de Tohoku de 2011.
TANDEM s’articule autour de 4 WP principaux pour : WP1 – adapter et améliorer les méthodes de simulation numérique non prévues initialement pour étudier les tsunamis, WP2 – tester ces méthodes pour mieux appréhender le rôle des incertitudes (que ce soit au niveau de la source, de la propagation, ou de l’impact côtier), WP3 – étudier avec ces méthodes le tsunami de 2011 de Tohoku, notamment pour discuter de la variabilité des effets sur les infrastructures côtières, WP4 – appliquer ces méthodes pour la zone d’étude française, comprenant la recherche de documents historiques, la définition de sources tsunamigéniques possibles, capables de toucher les régions d’intérêt (séismes et/ou tsunamis), et la modélisation des effets côtiers à l’échelle régionale et pour certains sites. Le WP0 sera réservé à la gouvernance du projet, à la gestion des rapports et des délivrables, et à l’organisation des réunions du projet, et sera responsable de la création et de la maintenance du site web du projet.
Source : BRGM / tsunamis.fr